Skip to Content
Polyarthrite
Question 98 | GVP
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Question 98

Question: 

bonjour voilà je vous ecris car depuis 1 an, ma soeur âgée de 26 ans est atteinte de la polyarthrite rhumatoïde, elle en souffre beaucoup je suis très malheureuse pour elle, je m’inquiète beaucoup, je me pose des questions à propos de cette maladie vraiment terrible. Je voulais savoir si on peut mourir de cette maladie ? si il y a un traitement vraiment miracle? merci de me répondre.

Réponse: 

Vous nous demandez tout d’abord si l’on peut mourir de la polyarthrite rhumatoïde. A première vue, il n’y a pas de raison qu’une maladie des articulations corresponde à une mortalité accrue, donc à une limitation de l’espérance de vie. Je me souviens d’un travail très ancien, sans bases scientifiques solides, qui prétendait même que ces malades avaient une espérance de vie augmentée parce qu’ils étaient moins exposés aux accidents !

En fait, des études publiées en 1984 et 1986 dans des journaux internationaux arrivent à la conclusion que l’espérance de vie des polyarthritiques est réduite de 4 à 7 ans pour les hommes et de 3 à 10 ans pour les femmes. Ces chiffres, qui peuvent paraître cruels lorsqu’on les expose ainsi froidement, s’expliquent par des maladies associées (vasculite, poumon rhumatoïde, amyloïdose rénale) qui ne se rencontrent que dans les formes les plus graves de la maladie (polyarthrite « maligne » ou polyarthrite de très longue durée). Un petit nombre de décès peuvent être attribués aux rares cas de subluxation cervicale ou aux complications digestives des médicaments anti-inflammatoires.

Il n’y a pas une, mais des polyarthrites. Sous la même étiquette de polyarthrite rhumatoïde, on retrouve des affections qui diffèrent par leurs manifestations, leur gravité et leur pronostic. De même qu’il n’y a pas une polyarthrite, il n’y a pas un traitement et encore moins un médicament miracle.

La prise en charge d’un tel patient nécessite une évaluations rigoureuse, si possible par un rhumatologue spécialisé, et l’établissement d’un plan thérapeutique à long terme. Le traitement médicamenteux est actuellement bien codifié ; il s’est enrichi ces dernières années par l’introduction de nouveaux traitements de fond très prometteurs. Vous trouverez des détails concernant ces traitements en consultant les réponses aux questions 21 et 22, 11 et 29, et 12 toujours sur le même site.

Commentaires

Bonjour,

Je m’appelle Evelyne. Je suis atteinte de pr évolutive et de fybromialgie dûe à des positions que je prends pour soulager mes articulations. J’ai essayé je ne sais plus combien de traitements divers sans succès. J’étais en congé longue maladie pendant 18 mois. A mon dernier contrôle, le médecin du travail a jugé que j’étais apte à reprendre mon poste dans mon service de soins intensifs. Je suis agent de service hospitalier, donc je fais du ménage pendant 4heures, car j’ai demandé un mi-temps thérapeutique qui m’a été accordé pour 6 mois. Après, je sais comment celà va se passer. L équipe de mon service ne fait pas de cadeaux. J’ai demandé un reclassement. Pour le moment, il n’y a pas de place pour moi. Je sais que je finirai ma vie dans un fauteuil roulant. J’ ai 4 enfants de 23, 21, 18 et 11 ans, celà n’est pas facile tous les jours. Les gens nous voient debout ou tout simplement un peu maquillée, ils ne nous croient pas malades. Dites à votre soeur de tenir, vous aussi aidez-la plus que vous pouvez. Il faut continuer a vivre, même si celà est dur, au jour le jour. Je me permets de vous embrasser, au plaisir de vous lire prochainement.

EVE

POLYARTHRITE © 2022