Skip to Content
Polyarthrite
Question 155
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Traitement Médicamenteux

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 155

mark2_2.gif

Une amie âgée souffre depuis six ans de la PR. Le diagnostic a été fait
rapidement deux mois après le début des symptômes (qui était typique) avec FR
+   et sérologie parvovirus +; le  traitement a  été instauré tout de suite
.
Au début elle a été mise sous salazopyrine avec nivaquine et anti-inflammatoire puis sous nivaquine seule où sa maladie a  été moyennement stable
sur le plan clinique avec quelques poussées survenant pendant le traitement.
Son rhumatologue a préféré la mettre sous méthotrexate avec anti-inflammatoire au début puis sous métho seule
(avec 07cp au début puis 05 cp
après (weekly) . Le traitement a été  très efficace très bien toléré avec
quelques douleurs parfois mais sans aucune poussée pendant plus de trois ans avec vs à 30; mais, devant l’apparition des nodules au niveau des pieds où le
rhumatologue a suspecté une vascularite cutanée due au metho, elle a arrêté le
traitement . Après l’ arrêt du traitement elle a été mise pendant celebrex
seul avec surveillance, mais  trois semaines plus tard elle a commencé à
avoir des douleurs au niveau des articulations sans inflammation, avec une
vs à 50  . Le médecin a décidé alors de la mettre sous cortisone + arava.   

*les nodules ont disparu complètement avec l’arrêt du traitement .
Ma
question : que pensez vous de sa situation ?
2 – est-ce que si la maladie a été
stable, evoluera-t-elle  toujours vers l’amylose reno hepato splenique  ?
3
– serait-t-il fréquent de développer un lymphome dans l’ avenir si sa maladie est
bien contrôlée ?

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Pour plus de clarté, nous
essayerons de fragmenter votre demande sous la forme de plusieurs questions.

1.- Conduite du
traitement
. Il n’y a pas de schéma standard. Sur la base des observations
cliniques, de l’intensité de l’inflammation et de l’agressivité de la maladie,
le médecin traitant est le seul habilité à choisir dans la panoplie un
anti-inflammatoire
(non stéroïdien si possible, stéroïdien si cela est nécessaire)
et un traitement
de fond
(classique comme par exemple nivaquine, salazopyrine et methotrexate
ou un plus récent comme l’arava).

2.- 10 à 20 % des patients
atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR) présentent des
nodules sous-cutanés
(surtout à la face d’extension du coude, mais aussi à d’autres endroits de
pression, aux mains, plus rarement aux pieds). Curieusement, dans certains cas,
le Methotrexate (MTX) peut
accélérer le développement d’une
« nodulose rhumatoïde », qui régresse après l’arrêt du traitement.

3.- Dans certains cas
aussi, le MTX peut provoquer une
vasculite leucocytoclassique, avec
ulcération. Le diagnostic est confirmé par l’examen histologique.

4.- Le pourcentage de l’amyloïdose
(ou amylose) est de l’ordre de 5 % chez les patients atteints de PR (dont un
quart développe un syndrome néphrotique. Par contre, à l’examen nécropique des
patients décédés de complication de PR, le pourcentage de l’amyloïdose est plus
élevé (20,4 % sur 137 autopsies).

5.- Les patients atteints
de PR ont un taux de mortalité par affections cardiovasculaire et par tumeurs
malignes qui est superposable à celui de la population. En revanche, le
pourcentage des décès par
lymphome (Hodjkinien et non Hodgkinien) , par
leucémie et par myélome est plus élevé que celui de la population. Ce
pourcentage est encore un peu plus élevé chez les PR qui ont été traités pas
azathisprine et cyclophosphamide. Toutefois, il faut bien reconnaître que ce
risque n’est pas prévisible.

6.- Dans la PR, les tuméfactions ganglionnaires sont
fréquentes, parfois même importantes, d’où la
suspicion d’un lymphome,
qui n’est souvent
pas vérifiée.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022