Skip to Content
Polyarthrite
Question 37
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION
37


mark2_2.gif

Je suis victime de tous les symptômes de la maladie,
pourtant mes examens
sanguins sont normaux. De ce fait, j’ai des difficultés à me faire
reconnaître par les organismes alors que mes problèmes se voient à l’oeil
nu.
Qu’en pensez-vous?

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Vos examens sanguins sont
normaux. Cela veut-il dire que les tests biologiques de l’inflammation
(vitesse de sédimentation et C-Réactive Protéine) sont constamment dans les
limites normales ? ou bien que les tests de recherche du facteur rhumatoïde
sont négatifs ? Dans l’un et l’autre cas, je m’étonne que vous ayez
des difficultés à faire reconnaître votre maladie, car on ne peut pas exclure
le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde sur l’un ou l’autre de ces
arguments.

En fait le diagnostic
de polyarthrite rhumatoïde (PR) s’appuie sur un faisceau d’informations :

  • renseignements sur les antécédents médicaux
  • symptomatologie subjective (caractère, localisation et horaire
    des douleurs)
  • données de l’examen physique des articulations (observation de
    tuméfactions, palpation d’une membrane synoviale épaissie, mise en
    évidence
    d’un épanchement articulaire, tendance à la symétrie des atteintes
    articulaires, etc.)
  • examen radiologique des articulations les plus touchées
  • et enfin examens de laboratoire

La vitesse de sédimentation
(VS) et la C-réactive-protéine (CRP) sont habituellement élevées dans
les phases actives de la maladie, alors qu’elles peuvent se normaliser
dans les phases de rémission (spontanée ou sous l’effet du traitement).

Il n’y a pas de critère
biologique spécifique
de la PR (comme il y a par exemple des tests spécifiques
pour le lupus érythémateux disséminé). Ce facteur rhumatoïde se positive
tardivement : il est le plus souvent négatif dans la première année de
la maladie. Au-delà, seules 75 à 80 % des PR sont dites séro-positives,
les autres restant négatives pour le facteur rhumatoïde, et cela de façon
durable. Bien plus, ce facteur rhumatoïde peut être présent chez des
personnes qui n’ont pas et qui n’auront pas cette maladie. Ce facteur
rhumatoïde se retrouve également dans des affections diverses, qui n’ont
rien à voir avec les articulations !

Pour toutes ces raisons, il
serait erroné de se fier uniquement à la présence de ce facteur
pour poser le diagnostic de PR.

D’ailleurs, dans la liste
de critères de diagnostic, établie en 1987 par l’American College of Rheumatology et
reconnue sur le plan international, il n’y a qu’un seul critère qui
se réfère à ce test biologique, tous les autres se rapportant à l’anamnèse,
à l’examen clinique et à l’examen radiologique.

A
l’opposé, je dirai qu’il n’est pas possible de poser le diagnostic de
PR
sur la seule description de symptômes subjectifs, c’est-à-dire
de plaintes douloureuses au voisinage des articulations, sans démonstration
de modifications objectives de ces articulations.
Ce n’est
vraisemblablement pas votre cas puisque vous nous dites que vos problèmes se
voient à l’oil nu !

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022