Skip to Content
Polyarthrite
Question 427
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Divers

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 427

mark2_2.gif

J’ai 29 ans aujourd’hui et depuis 3 ans les médecins m’ont
diagnostiqué la maladie de still de l’adulte. Tout a commencé 4 mois après mon
accouchement, j’ai eu deux embolies pulmonaires et le début du cauchemar a
commencé.
Beaucoup de fièvre (40), une espèce d’urticaire violente sur les membres (jambes
et bras) ainsi que les doigts, douleurs dans les articulations (doigts,
poignets et genoux).
Aujourd’hui je prends de la prednisone ainsi que de la ciclosporine.
Je suis un peu perdu, car rien ne s’arrange. L’urticaire est toujours là,
surtout le soir.
Merci  pour vos témoignages.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

En
consultant les réponses aux questions
  137 et 264 , vous trouverez des
renseignements sur l’historique et sur les particularités de la
maladie de Still de l’adulte, qui a
certains points communs avec l’arthrite chronique juvénile ( forme systémique )
et avec la polyarthrite rhumatoïde, mais qui mérite d’être considérée comme une
entité à part.

Il
s’agit d’une forme relativement rare de rhumatisme inflammatoire, qui se
caractérise par des signes évocateurs, tels qu’une
fièvre avec des pics
très élevés, des douleurs articulaires et souvent musculaires et surtout une
éruption cutanée coïncidant avec les
pics fébriles. On peut également observer des maux de gorge, une augmentation
de volume des
ganglions lymphatiques,
une élévation importante des
globules
blancs
dans la formule sanguine, parfois une perturbation des tests
hépatiques.

Mais
aucun des signes que nous venons de citer n’est pathognomonique, si bien que
le diagnostic est difficile et souvent
retardé. Actuellement, les spécialistes se reportent à une liste de critères
reconnus.

L’évolution
est très capricieuse 
: épisode unique, récidives
séparées par de longues périodes calmes, ou évolution plus continue. Les
anti-inflammatoires non-stéroïdiens sont souvent insuffisants, si bien qu’on
doit souvent recourir à des cures de cortisone et à des traitements à visée
immunosuppressive, tels que le Methotrexate ou la ciclosporine. Depuis peu, on
a en réserve la possibilité de recourir aux médicaments anti-TNF en cas d’échec
des thérapeutiques précédemment citées.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022