Skip to Content
Polyarthrite
Question 449
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 449

mark2_2.gif

J’ai eu une sclérodermie en plaque à
l’âge de 11 ans. Mon
rhumatologue me dit que ma pr a un lien avec. Que pouvez-vous me dire de plus. Je
prends du methotrexate. Specialefoldine, celebrex. Mais je souffre beaucoup
quand il pleut. Expliquez-moi pourquoi ? Merci de me répondre.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Le
terme de
sclérodermie en plaques  ou morphée
est habituellement réservé à une ou plusieurs plaques de peau dure, ivoire,
localisées souvent au tronc, mais qui ne s’accompagnent pas de manifestations
viscérales comme la sclérodermie tout court. Il s’agit essentiellement d’une
atrophie et d’une sclérose de la peau et de ses annexes, sans autres
manifestations d’organe.

Du
fait que ces manifestations ont été diagnostiquées à l’âge de 11 ans, et que 27
ans se sont écoulés jusqu’à l’éclosion de votre polyarthrite rhumatoïde, il est
bien difficile pour nous, avec les éléments que vous nous donnez, de voir une
relation de causalité entre les deux.

Tout
au plus pourrions-nous dire que dans les deux cas il s’agit d’une pathologie
qui a sa place dans le vaste domaine de la rhumatologie.

Le
traitement que vous prenez actuellement est celui qui est le plus souvent
prescrit pour les polyarthrites à début récent.

Les
douleurs liées à la polyarthrite, comme celles de nombreuses autres maladies
articulaires, sont souvent météo-sensibles. Une étude réalisée en Allemagne (Höppe
et coll., DMW 2002, Jg. 127, Nr 1/2) sur plus de 1000 personnes, en comparant
l’état subjectif indiqué par le patient avec les données météorologiques
correspondantes, a démontré que 30% des personnes interrogées,
essentiellement
  les rhumatisants,
réagissaient à l’humidité et au froid, ou encore au vent soufflant en rafales
et aux chutes de température. Il est juste de signaler que d’autres pathologies
(céphalées, migraines, troubles du sommeil, états d’abattement) peuvent
également réagir défavorablement dans les mêmes circonstances.

Il faut dire que s’enfermer dans un local climatisé ou
surchauffé serait toutefois une erreur. Inutile de se terrer chez soi. Essayez
d’atténuer cette sensibilité aux phénomènes atmosphériques par une adaptation
progressive. Un changement de lieu serait aussi une erreur, car cela
impliquerait un bouleversement des habitudes de vie, susceptible d’être encore
plus nocif.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022