Skip to Content
Polyarthrite
Question 496
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 496

mark2_2.gif

J’ai besoin d’aide et ne
trouve plus de réponse depuis que mon rhumatologue est en retraite.

Je souffre depuis 2001 d’un syndrome
de sharp. Le traitement était plaquénil (2 par semaine) et plavix 1 tous les 2
jours.

En accord avec mon médecin,
j’ai arrêté ces traitements en 09.2005. Les bilans en 01/06 n’avaient jamais été
aussi bons :

Vitesse de sédimentation 10mm
1ère heure et 21mm 2ème heure et anticorps, anti-nucléaires positif 
80 titres. J’ ai eu une crise de
rhumatisme en juin, le bilan d’août révèle une vitesse de sédimentation quasi
identique, par contre les titres anti-nucléaires sont passés à 1280. J’ai
consulté car je souffre d’un rétrécissement du canal carpien du bras gauche (le
droit a été opéré en 2001 lorsqu’on a découvert cette maladie).

 Y a- t’ il un rapport
avec la maladie ?

Dois-je reprendre ce
médicament comme me le conseille les médecins ?

Aujourd’hui mes seuls problèmes
articulaires se situent au niveau des poignets.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Dans
notre réponse à la question
55, nous
passions en revue les différentes formes de

connectivites
(maladies inflammatoires du tissu conjonctif) :
certaines sont diffuses (lupus érythémateux disséminé = LED), d’autres
« visent » plus particulièrement les glandes salivaires (maladie de
Sjögren), les muscles (polymyosite et dermatomyosite), les vaisseaux (périartérite
noueuse et vascularites diverses), les viscères (granulomatose de Wegener), les
cartilages (polychondrite) etc… La plupart de ces syndromes s’accompagnent, à
un moment ou à un autre de leur évolution, de manifestations articulaires qui
peuvent évoque les poussées d’arthrite, comme on les voit de façon plus
continue dans la polyarthrite rhumatoïde. Votre question se trouve donc aux
confins de la PR,
qui justifie la grande majorité des questions qui nous sont posées.

Vous
nous dites que vous souffrez depuis 2001 d’un
syndrome de Sharp, sans nous donner de renseignements sur les
manifestations cliniques de cette affection. Il faut savoir que le syndrome de
Sharp est une maladie auto-immune systémique qui ne correspond pas aux critères
des connectivites majeures que nous avons énumérées ci-dessus. Elle
« emprunte » des manifestations à plusieurs de ces connectivites (polyarthralgies,
arthrites, phénomène de Raynaud, doigts boudinés, sclérodactylie, myosite,
hypomobilité oesophagienne, et moins fréquemment participation pulmonaire,
cardiaque, rénale, cutanée etc…) Ne vous laissez pas impressionner par ce
programme, car ce diagnostic n’est pas encore confirmé !
  Pour affirmer un tel diagnostic, il faut
remplir un certain nombre de critères cliniques définis sur le plan
international. De plus sur le plan du laboratoire, l’élévation
  de la vitesse de sédimentation et de la CRP, l’hypergammaglobulinémie
et l’élévation des antinucléaires de suffisent pas. On retient comme critères
de diagnostic une forte augmentation des anti-nucléaires, de fluorescence
mouchetée et surtout
  une élévation significative
des anticorps anti-U1RNP, qui sont caractéristiques de ce syndrome relativement
rare.

Le
syndrome du canal carpien est par contre une manifestation très fréquente,
surtout chez la femme. Il s’agit d’un syndrome douloureux accompagné de
paresthésies dans des trois premiers doigts de la main : La cause est une
compression du nerf médian dans le canal carpien, suite à un épaississement des
gaînes tendineuses des tendons féchisseurs (surmenage mécanique, inflammation
de cause variée).

Nous ne disposons pas de renseignements cliniques qui
puissent nous autoriser à vous donner un avis valable. Il nous paraît cependant
que ce diagnostic (rare) mériterait d’être remis en question sur la base d’une
réévaluation clinique approfondie, complétée par un bilan sanguin exhaustif.
Etant donné une fois de plus la rareté du syndrome, il serait justifié de vous
adresser pour cela à la consultation rhumatologique d’un centre universitaire.
Le canal carpien est un épiphénomène. Le traitement de Plaquenil est subordonné
à la confirmation du diagnostic.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022