Skip to Content
Polyarthrite
Question 550
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 550

mark2_2.gif

Bonjour; je souffre de spondylarthrite ankylosante
grave qui m’a touché les deux sacro iliaques, la nuque, le sacrum ainsi que
tout l’appareil urinaire (néphrite interstitielle, cystite interstitielle …)
je voudrais savoir s’il vous plait si la spa donne tout ça et est-ce que je
suis dans un stade final (je prend une injection de célésténe chaque 21 jours)
que dois-je faire, tous les rhumatologues de mon pays n’ont pas su expliquer ce
qui m’arrive. Merci

Complément

Faisant référence à ma question n° 550 vous avez
demandé un complément d’information sur le diagnostic de la néphrite
interstitielle et la cystite interstitielle. Voici quelques informations : suite 
à de fortes douleurs qui datent depuis 9 ans dans la vessie et récemment des
douleurs aux deux reins, un urologue m’a demandé de faire une UIV et des
analyses sanguines (recherche de chlamydia et tuberculose) et  ecbu avec
résultats négatifs pour toutes les analyses. Suite à ça, il m’a informé que j’avais
tout l’appareil urinaire enflammé, suite à la spondylarthrite ankylosante. J’aimerais
bien avoir la relation entre tous ces problèmes et le traitement que je dois
prendre avant que mes deux reins se bousillent. Merci

Complément 2

Réf question N° 550. Je vous remercie beaucoup de votre réponse
et je crois que les informations que j’ai données ne sont pas suffisantes pour vous
éclairer sur mon problème de santé, je vais vous donner plus de détails :
-UIV: pas de trace de stigmates infectieuses, l’urologue a constaté une
inflammation des urètres, de la vessie et les deux reins avec dilatation des
calices supérieurs des deux reins et présence d’un kyste dans le rein droit;
-Analyse des urines (recherche des BK) : négatif:
-ECBU: négatif;
-Analyse chlalmydia: négatif
J’ai des ballonnements de tout l’abdomen, j’ai fait une colonoscopie avec
résultat négatif, j’ai fait une irm abdominale, présence de 03 angiomes
hépatique de 10 mm
chacun.
j’ai de petite taches marron sur le visage et les mains, de violentes douleurs
au coeur la nuit avec étouffement, j’ai aussi une perte de cheveux inexpliquée,
beaucoup de migraine, des phlébites aux yeux avec une sensibilisation à la lumière
en plus des problèmes que j’ai cité dans mon premier texte.
Ce que je vous demande, s’il vous plaît, de m’éclairer sur les démarches que je
dois suivre afin de trouver une solution à mes problèmes de santé que je suis
en train de traîner depuis des années est-ce qu’il s’agit d’une spondylarthrite
ankylosante ou bien une maladie inflammatoire généralisée tel le lupus ou autre.
Merci d’avance

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

La spondylarthrite ankylosante (pelvispondylite
rhumatismale, maladie de Bechterev ) paraît plus fréquente en Afrique qu’en
Europe. Il s’agit donc d’une maladie inflammatoire qui « vise » tout
d’abord les articulations sacro-iliaques, puis la région lombaire. Elle a
tendance à s’étendre de bas en haut jusqu’à toucher la nuque (parfois le sternum).
Dans nos régions, il y a une association marquée avec l’
uvéite. Par contre, nous ne
connaissons pas d’association
avec
une « néphrite interstitielle » ou une « cystite
interstitielle »
comme vous le mentionnez.

S’agirait-il
plutôt d’une
amylose, qui se
manifeste par une albuminurie, une élévation de la créatinine sanguine et une
insuffisance de la fonction rénale ? Dans ce cas, on pourrait envisager
une relation entre les deux.

D’autre
part, il faudrait envisager une autre affection qui peut conduire aux
manifestations vertébrales décrites dans la pelvispondylite : il s’agit de
la
maladie de Reiter (ou syndrome de
Fiessinger-Leroy-Reiter ) qui associe urétrite, conjonctivite, arthrite puis
éventuellement spondylarthrite. C’est l’anamnèse qui pourrait confirmer un tel
diagnostic, car l’affection commence par de pénibles urétrites récidivantes.

En ce qui concerne le traitement de la
spondylarthrite, nous donnons la préférence aux anti-inflammatoires
non-stéroïdiens, qui sont souvent suffisants, sans qu’on ait besoin de recourir
aux dérivés de la cortisone, qui diminuent les défenses contre les infections.
Nous sommes prêts à répondre à d’autres questions si vous nous donnez d’autres
détails, notamment sur les critères qui ont conduit au diagnostic de néphrite
et de cystite.

Complément

Le
complément d’informations que vous nous envoyez n’a donc pas permis de
confirmer le diagnostic de néphrite interstitielle et n’a pas permis de
confirmer une infection chronique par chlamydia ou par le bacille tuberculeux,
mais nous ne sommes pas informés sur les résultats de l’UIV, ni sur les
contrôles de la fonction rénale. Il n’en reste pas moins que tout cela n’exclut
pas une irritation et une infection chronique des voies urinaires basses

(cystite
et urétrite à répétitions). Quant aux douleurs de la région des reins, nous
sommes tentés de les mettre sur le compte de la spondylarthrite ankylosante
elle-même : quand on dit qu’on a « mal aux reins », c’est le
plus souvent la colonne lombaire qui souffre. Il ne faut pas craindre pour ces
deux reins, surtout s’il n’y a pas de preuve actuelle de l’atteinte de la
fonction rénale. L’examen du sédiment urinaire et les contrôles de l’urée et de
la créatinine dans le sang sont déterminants. De plus, il faudrait pouvoir
connaître par un examen microbiologique l’agent responsable de ces infections.

Comme nous le disions dans notre première réponse, ce
n‘est pas la spondylarthrite ankylosante qui provoque ces ennuis secondaires,
mais il y a bel et bien une liaison entre le syndrome de
Fiessinger-Leroy-Reiter et cette spondylarthrite ankylosante. Le traitement de
cortisone est certainement efficace pour maîtriser l’inflammation au niveau
vertébral, mais il ne facilite pas la guérison des infections chroniques des voies
urinaires.

Complément 2

Merci de nous avoir donné des renseignements complémentaires au sujet de
l’urographie intra-veineuse. Nous ne savons toujours pas sur quels arguments
votre médecin vous a parlé d’une inflammation des uretères (et non pas de
l’urèthre car nous n’en avons qu’un) et de la vessie. Peut-être a-t-il procédé
à une cystoscopie ? Nous pouvons vous rassurer sur d’autres points :

  • la dilatation de
    l’un ou l’autre des calices du rein est une constatation anatomique banale.
  • le kyste rénal
    est fréquent, sans signification pathologique.
  • les angiomes
    hépatiques sont également une découverte d’examen et n’ont pas de
    responsabilité dans votre tableau clinique.

En même temps que vous nous
apportez ces résultats d’examen, vous nous donnez d’autres symptômes, dont
l’abondance nous déroute. Les ballonnements, la perte des cheveux, les
migraines, les taches cutanées ne peuvent pas être rattachés au diagnostic de
spondylarthrite ankylosante, ou tout au moins, nous ne connaissons pas une
telle relation.

Par
contre, nous avons relevé cette notion de
« phlébites
aux yeux ».
Il doit s’agir là du résultat d’un examen du fond d’œil.
Il faut préciser que la spondylarthrite ankylosante est connue pour
s’accompagner parfois d’uvéites antérieures (inflammation de la chambre
antérieure et de l’iris). Si on a constaté chez vous réellement des
thrombophlébites sur les veines rétiniennes, cela évoque pour
nous une autre pathologie : il pourrait s’agir d’une
vasculite d’une autre origine que la Sp.A., ou peut-être d’une
maladie de Behcet (qui s’associe plutôt à des arthrites périphériques qu’à une spondylarthrite).

Comme vous le voyez, tout cela n’est pas simple. Que
faut-il vous conseiller ? En premier lieu, de réévaluer la situation
oculaire par un
nouvel examen du fond
d’œil
(nous ignorons de quand date la constatation des phlébites). Ensuite
de revoir votre rhumatologue pour un
bilan
rhumatologique
(activité actuelle de la sp.a), rénal (fonction rénale) et surtout immunologique (anticorps anti-nucléaires, ANCA, recherche de la
cryoglobulinémie etc.). Le programme thérapeutique ultérieur dépendra des
résultats de cette nouvelle évaluation. La suite nous intéresse…

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022