Skip to Content
Polyarthrite
Question 646
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 646

mark2_2.gif

Professeur,

J’ai consulté vos réponses et j’en ai apprécié la qualité et la précision
Ces derniers quinze jours j’ai souffert de violentes douleurs invalidantes
(impossibilité de se lever sans appui, de mettre un manteau sans aide) – au
niveau des articulations deux aines et des deux épaules. Ces douleurs sont
venues brutalement un matin et m’empêchaient de dormir Depuis mon médecin
traitant m’a donné du Biprofenid sans effet puis du cortancyl qui a été très
efficace dès la première journée 4*20 le premier jour (le 14/12/2007), puis 3
les deux suivants et maintenant 2 comprimés depuis le 17/12  (je pèse 86kg
pour 1m85). Ma vitesse de sédimentation est de 25 mm la première heure et de
50mm la deuxième heure alors que j’ai 63 ans.
Que me conseillez-vous comme examens complémentaires éventuels ou si cela vous
paraît suffisamment clair comme traitement le plus approprié.
Merci par avance de votre réponse

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Le Cortancyl (prednisone) existe sous forme de comprimés
à 1, 5 et 20 mg. Chez l’adulte, ce sont les comprimés à 5 mg qui sont le plus
souvent prescrits.

Si la lecture de
votre question est correcte
,
vous avez pris le premier jour 4 fois 20 mg, puis 3 fois 20 mg et enfin 2 fois
20 mg, ce qui est une dose
importante,
correspondant pour le premier jour à 1 mg/kg et
capable d’avoir une action spectaculaire sur bon nombre de maladies diverses…

Mais venons en maintenant à la symptomatologie que vous
avez présentée. Des douleurs d’apparition brutale, violentes et intéressant les
quatre articulations rhizoméliques, c’est-à-dire les épaules et les hanches,
survenant à 60 ans et plus, doivent en premier lieu nous orienter vers le
diagnostic de
pseudo-polyarthrite
rhizomélique
(dénomination française, correspondant à la polymyalgia rheumatica). Il s’agit
d’une maladie inflammatoire systémique qui est centrée sur ces articulations et
sur la nuque également, mais qui intéresse primordialement les vaisseaux et les
muscles. En plus des signes que vous avez indiqués, on observe également une
fatigue importante, une raideur de la nuque et une limitation des mouvements
des épaules et des hanches.

S’il y a en plus des maux de tête, il faut penser à une association (assez fréquente) avec une artérite temporale (rechercher s’il
existe un épaississement ou même une rougeur de l’artère temporale). On parlera
alors de
maladie de Horton.

Il n’y a pas un test sanguin spécifique pour confirmer le
diagnostic de pseudo-polyarthrite. Toutefois, cette maladie s’accompagne
régulièrement d’une élévation de la vitesse de sédimentation, pouvant aller
jusqu’à 100 mm. Dans votre cas particulier, la VS n’est que modérément élevée,
mais il faut tenir compte du fait que l’évolution est très brève.

Pour arriver au diagnostic de
certitude, on a pris l’habitude de commencer un
traitement d’épreuve avec la prednisone à dose de 15 mg par
jour : si la réponse est positive dans les tout premiers jours, le
diagnostic devient hautement vraisemblable, car la pseudo-polyarthrite est la
seule à répondre à ces petites doses. Sinon on essaiera avec la double dose…
L’important est de ne pas passer à côté d’une artérite temporale (biopsie d’un
fragment de cette artère s’il y a une tuméfaction visible et palpable). En cas
de céphalées, un examen du fond d’œil est indispensable.

Vous trouverez d’autres éléments en
consultant les réponses
 44, 71bis, 88, 274, 315, 353, 360, 369, 535 et 579 , qui vous renseigneront sur le pronostic favorable.

Nous sommes obligés de rester très
prudents dans l’interprétation de ce tableau, car
nous craignons que le traitement précoce à fortes doses ne nous ait
masqué d’autres
manifestations d’une
autre maladie
.

 

Cher Professeur,
Je vous remercie
de votre réponse très précise. J’ai pris connaissance des autres réponses que
vous m’avez conseillées de lire. Je reviens vers vous pour quelques précisions
et quelques questions. Je n’ai pas pu obtenir de rendez vous avec le
rhumathologue avant le 21 janvier et j’ai de nouveau souffert aux quatre
articulations des épaules et des hanches.
Avant de prendre du cortancyl, deux
analyses sanguines avaient été faites :
la première sommaire, la seconde plus
poussée.
Chose étonnante ma
vitesse de sédimentation n’est pas exceptionellement haute .. qu’en pensez
vous?
A partir du 16/12
j’ai pris journellement
80mg,
60,60,40,40,20,20
allant nettement mieux dés la première journée les doses
ont été réduites au cours de la 2ème puis de la 3ème
semaine:
20,10,10,20,10,20,10
10,15,10,10,10,10,10
Cette semaine je
vais de nouveau assez nettement moins bien et j’ai remonté les
doses:
Vendreci 4 janvier 5 puis à nouveau 10,15, et 15mg ce matin .. avec un
doliprane 1000 je sens que c’est limite mais supportable sans problème.
Mes
questions,
Que dois-je faire dans l’attente du rendez vous avec le
rhumatologue ?
Doses journalières de cortancyl ?
A des doses de 20 ou 15
mg journalières (mon généraliste est très négatif sur l’utilisation en longue
durée du cortancyl à dose importante .. sans médicament de « compensation ».

qu’est-ce qu’une dose importante pour moi qui fait 86kg et est sportif ?

doit-on se prémunir contre les effets nocifs du cortanyl avec d’autres
médicaments ? lesquels ?
– En cas d’infection (sinusite, bronchite ..) que
doit-on faire .. arréter le Cortancyl ? je débute une sinusite ..

En vous
remerciant de votre réponse, je vous prie d’agréer Monsieur le professeur,
l’expression de ma reconnaisance pour vos  réponses claires et précises et je
vous présente mes meilleurs voeux pour 2008, en renouvellant mon admiration pour
ce que vous faites.

 

Nous prenons connaissance de votre
demande complémentaire, qui nous met dans l’embarras. En effet, il ne nous est
pas possible de prendre la responsabilité de piloter à distance le traitement,
dans l’attente de votre rendez-vous avec un rhumatologue.

Certes, nous comprenons l’inquiétude de votre généraliste
devant la poursuite de la cortisone aux doses que vous nous indiquez.

  • Pour
    ce qui concerne maintenant les résultats d’examens, nous constatons que la
    vitesse de sédimentation était moyennement augmentée lors du premier examen du
    1.12.07 (25/50 mm). Ces valeurs ne sont pas aussi élevées qu’on a l’habitude de
    le voir dans la pseudo-polyarthrite.
  • Dans
    le deuxième examen (nous n’avons pas trouvé de date), la vitesse est normale,
    mais la CRP à 32 mg/L est nettement pathologique et vient confirmer l’existence
    d’un processus inflammatoire. Les tests pour la polyarthrite et le lupus sont
    négatifs.

La dose de 1 mg/kg de prednisone (cortancyl)
est une dose maximale qu’on donne dans les situations aiguës, pour de brèves
périodes. La dose de 15 mg/jour est la dose recommandée pour la confirmation du
diagnostic de pseudo-polyarthrite, dose qui sera ensuite réduite à une dose
d’entretien de 5 à 7,5 mg, sur une longue durée.

Il n’appartient pas au
malade d’adapter lui-même la dose journalière. Il n’y a pas de moyen de se
prémunir contre les effets nocifs du cortancyl avec un autre médicament. En cas
de surinfection démontrée, cette infection doit être combattue pour elle-même,
sans arrêter le cortancyl lui-même.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022